vendredi 3 juin 2022

Rioux-Martin - L'église romane - L'implantation de l'abbaye de Fontevraud à la Haute-Lande - les interventions d'Edouard Warin et de Paul Abadie au XIX°s - une approche des escaliers romans sur le bassin de la Tude -Rioux-Martin - The Romanesque church - The establishment of the Abbey of Fontevraud in Haute-Lande - the interventions of Edouard Warin and Paul Abadie in the 19th century - an approach to the Romanesque stairs in the Tude basin - Rioux-Martin - Die romanische Kirche - Die Gründung der Abtei von Fontevraud in Haute-Lande - Die Interventionen von Edouard Warin und Paul Abadie im 19. Jahrhundert - Ein Zugang zur romanischen Treppe im Tude-Becken -Rioux-Martin - La iglesia románica - El establecimiento de la abadía de Fontevraud en Haute-Lande - Las intervenciones de Edouard Warin y Paul Abadie en el siglo XIX - Una aproximación a las escaleras románicas en la cuenca del Tude - Rioux-Martin - A igreja românica - O estabelecimento da Abadia de Fontevraud em Haute-Lande - as intervenções de Edouard Warin e Paul Abadie no século XIX - uma aproximação às escadas românicas na bacia do Tude - Rioux-Martin - La chiesa romanica - L'istituzione dell'Abbazia di Fontevraud nell'Alta Lande - gli interventi di Edouard Warin e Paul Abadie nel XIX secolo - un approccio alla scala romanica nella conca di Tude - Ріу-Мартен - Романська церква - Заснування абатства Фонтевро в Верхній Ланді - втручання Едуара Варена та Поля Абаді в 19 столітті - підхід до романських сходів у басейні Туде - Rioux-Martin - الكنيسة الرومانية - إنشاء دير Fontevraud في Haute-Lande - تدخلات Edouard Warin و Paul Abadie في القرن التاسع عشر - نهج للسلالم الرومانية في حوض Tude - Риу-Мартен - Романская церковь - Основание аббатства Фонтевро в Верхнем Ланде - Вмешательство Эдуарда Варена и Поля Абади в 19 веке - Подход к романской лестнице в бассейне Тюд - Rioux-Martin - די ראָמאַנעסק קירך - די פאַרלייגן פון די אַבי פון Fontevraud אין Haute-Lande - די ינטערווענטשאַנז פון Edouard Warin און Paul Abadie אין די 19 יאָרהונדערט - אַ צוגאַנג צו די ראָמאַנעסק טרעפּ אין די טודע בעקן -リウ=マルタン-ロマネスク様式の教会-オートランデにフォンテヴロー修道院を設立-19世紀にエドゥアール・ワリンとポール・アバディが介入-チュード盆地のロマネスク様式の階段へのアプローチ - Rioux-Martin - Romanesk kilise - Haute-Lande'de Fontevraud Manastırı'nın kurulması - 19. yüzyılda Edouard Warin ve Paul Abadie'nin müdahaleleri - Tude havzasındaki Romanesk merdivenlere bir yaklaşım - Rioux-Martin - Ang Romanesque church - Ang pagtatatag ng Abbey of Fontevraud sa Haute-Lande - ang mga interbensyon nina Edouard Warin at Paul Abadie noong ika-19 na siglo - isang diskarte sa Romanesque na hagdan sa Tude basin - Rioux-Martin - Biserica romanică - Înființarea Abației de Fontevraud în Haute-Lande - intervențiile lui Edouard Warin și Paul Abadie în secolul al XIX-lea - o abordare a scărilor romanice din bazinul Tude - Rioux-Martin - Die Romaanse kerk - Die stigting van die Abdij van Fontevraud in Haute-Lande - die ingrype van Edouard Warin en Paul Abadie in die 19de eeu - 'n benadering tot die Romaanse trappe in die Tude-kom.


Le site complet compte à ce jour 148 articles : il est à votre disposition. Toutes les pages sont issues de mes recherches personnelles et universitaires. Les emprunts à des auteurs sont signalées et il n'y a aucun élément qui tombe sous le coup de la protection des données des lois européennes sans compter que je respecte avant tout la tradition de libertés et de démocratie de la république française. En tant que citoyen français je me conforme à la législation française. Toutes les photos publiées l'ont été avec l'accord des personnes à la date de leurs publications. Ces pages ainsi que tous les documents produits sont assujettis à Copyright et droits d'auteur. Il n'y a aucune raison commerciale, ni déclarée ni cachée, pour la construction de ce blog.  Vous pouvez aussi aller sur le moteur de recherche à droite de votre écran sur cette page. Vous pouvez rechercher tout ce qui vous intéresse, du dessin à la peinture, à l'archéologie, à l'architecture, à la poésie, à la sculpture, aux pages magazines, pour votre stricte curiosité ou culture personnelle, et pour toute autre action ne débordant pas le cadre strict de la consultation. Pour les universitaires qui voudraient produire certains de ces travaux, me contacter sur la partie "blogger" en bas de page, en me laissant votre adresse courriel de messagerie. Pour clarifier mes compétences professionnelles, voici le panorama de mes formations. Lycée technique, mécanique, où j'ai appris le dessin industriel que j'ai par la suite appliqué au dessin d'architecture de relevés archéologiques appris à l'université de Poitiers. Formation militaire BMP1 (engagé trois ans dans les Commandos Troupes de Marine - 22° RIMA puis 1° BPCS - Importante formation à la topographie si utile pour mes recherches archéologiques) - Formation d'Infirmier du Secteur Psychiatrique en 28 mois, IDE par Réforme Hospitalière -  Nombreux travaux et nombreuses formations avec des maîtres de la peinture (lithographie, gravure, peinture,...) et de la littérature contemporaine. Doctorat Lettres et Arts  (mention Très Honorable avec Félicitations), Histoire de l'Art et Archéologie, Université de Provence Centre d'Aix à partir d'autres formations de ce cycle à l'Université de Tours (2 ans - Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance), de l'Université de Poitiers (2 ans - Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale), et deux ans de formation en lettres à l'université de Nice, et stages divers - Diplôme Inter-Universitaire de la Faculté de Médecine de Lille, "La Santé Mentale dans la Communauté" en lien avec l'OMS/CCOMS. Sur Google "Les budgets aidants..".http://www.ccomssantementalelillefrance.org/sites/ccoms.org/files/Memoire-Peynaud.pdfJ'exerçais au C.H.Cannes en tant que coordinateur/responsable des Ateliers Thérapeutiques-Psychothérapie Institutionnelle du Pôle Santé Mentale en Intra Hospitalier). Au printemps 2017 j'ai été également élu au Conseil de l'Ordre Infirmier des Alpes-Maritimes. Depuis le 1° avril 2018 je suis en retraite.



 Pour voir des liens avec de nombreux articles sur les 147 que compte ce blog, veuillez vous reporter en bas de page. Merci.




Articles de ce blog pouvant intervenir dans cette rédaction ou en reprise de bâtiments déjà publiés


Châteaux de la Creuse - de la fin du moyen âge - XV et XVI° siècle - Archéolgie Médiévale
http://coureur2.blogspot.fr/2011/09/une-histoire-de-lescalier-en-vis.html


1° partie - Archéologie Médiévale - Aspects et singularités du château en France à la fin du Moyen Âge (XV° et XVI° siècles)
http://coureur2.blogspot.fr/2013/10/archeologie-medievale-aspects-et.html


2° partie - Archéologie Médiévale - Aspects et singularités du château en France à la fin du Moyen Âge (XV° et XVI° siècles)
http://coureur2.blogspot.fr/2014/11/2-partie-archeologie-medievale-aspects.html


3° partie - Archéologie Médiévale - suite des parties 2 et 3 d'Archéologie Médiévale consacrées aux aspects et singularités du château en France autour des XV° au XVI° siècles
http://coureur2.blogspot.fr/2016/04/3-partie-suite-des-parties-parties-1-et.html


Yviers/Charente - Archéologie médiévale - Une synthèse sur l'évolution architecturale du XV° au XVI° et XVII° s. en France - Mutations des donjons et maisons-tours des petits châteaux de la fin de la Guerre de Cent-Ans vers les donjons résidentiels de la fin du XV° siècle au XVI° siècle et des incidences dans le classicisme français.
https://coureur2.blogspot.fr/2018/04/yvierscharente-archeologie-medievale.html


Allemans en Périgord - Manoir du lau - Archéologie Médiévale
https://coureur2.blogspot.com/2018/09/allemans-en-perigord-manoir-du-lau.html


Maisons-tours et donjons-tours - architectures médiévales françaises du XIII°/XIV° au XVI° - Archéologie médiévale


Curac - Les énigmes de son château - Département de la Charente - Archéologie Médiévale
https://coureur2.blogspot.com/2019/10/curac-les-enigmes-de-son-chateau.html

Varaignes - Le château de Varaignes, le village et son église. Un site rural d'écologie et de culture sur le département de la Dordogne en Périgord Vert. Archéologie Médiévale.
https://coureur2.blogspot.com/2020/03/varaignes-le-chateau-de-varaignes-son.html

La Tour : un mode architectural français pour la guerre et pour la paix, du XIII° au XVI° siècles. Un exemple à l'Est du département de la Charente.
https://coureur2.blogspot.com/2020/12/la-tour-un-mode-architectural-francais.html

Fonctions religieuses apotropaïques et traditions funéraires en France 
http://coureur2.blogspot.fr/2015/08/fonctions-religieuses-apotropaiques-et.html 

Iconologie - Un couvercle de sarcophage mérovingien - une corniche de l'église de Saint-Amant-de-Montmoreau (Charente) - Archéologie médiévale.
https://coureur2.blogspot.com/2021/04/iconologie-un-couvercle-de-sarcophage.html

Saint-Amant-de-Montmoreau, Sud-Charente - Des vestiges du Haut-Moyen Âge à la naissance du gothique sur les marches Périgord/Angoumois/Saintonge-  une maison tour -  Première Renaissance Française. 
https://coureur2.blogspot.com/2021/07/saint-amant-de-montmoreau-sud-charente.html

Du médiéval au contemporain, une invention bien avant classement au patrimoine mondial de l'UNESCO : 
                                      Claude Peynaud  : Le clocher des Frères Perret à Saint-Vaury
http://coureur2.blogspot.fr/2012/01/perret-freres-le-clocher-des-freres_10.html

Remerciements 

Monsieur Gaël Pannetier, maire de Rioux-Martin

Monsieur le Révérend-Père Joseph Dingboé, Curé de la paroisse

Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux de Rioux-Martin,

Mesdames Géraldine Nadaud et Annick Moreau, Secrétaires de Mairie de Rioux-Martin

Monsieur Jean-Louis Mercadé, Descendant et ayant-droits sur l'œuvre de son ancêtre l'architecte diocésain Edouard Warin et propriétaire des documents de Paul Abadie relatifs aux chantiers 
du XIX° siècle sur l'église de Rioux-Martin.

Monsieur Yves-Michel Foucaud, guide sur la communeVice-Président de la Société d'Archéologie de Barbezieux, 
Inventeur de l'abri et d'une fontaine datant de la préhistoire sur la commune de Médillac.
Animateur et spécialiste DRAC pour les jardins.

Monsieur Pierre-Michel Barlaam, exploitant agricole en retraite, vicaire, propriétaire de vestiges archéologiques du prieuré de la Haute-Lande, produits sur ce blog;

Monsieur Jean-Claude Moreau, exploitant agricole en retraite, guide sur différents sites et propriétaire de vestiges archéologiques du prieure de la Haute-Lande, produits sur ce blog.

Aux origines de Rioux-Martin nous avons des sources archéologiques très anciennes. Les travaux de Yves-Michel Foucaud nous renseignent sur des occupations du paléolithique, Une publication de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Poitou-Charente - Service Régional d'Archéologie - Nous donne quelques éléments sur des vestiges médiévaux faiblement enfouis. 
Le village est construit autour de l'Argentone et la légende de son établissement est liée à celle de Saint-Martin. Cette légende ou histoire est rapportée par Monseigneur Cousseau en date du 16 janvier 1807, reprenant un récit de Saint-Grégoire de Tours  dans les années 371-397.
" Saint-Martin rencontra un passant à qui il demanda de l'eau. Cet homme n'ayant pas répondu à cette demande une femme en offrit au saint et alla puiser, pour lui, à une fontaine éloignée. En récompense de cette bonne action et pour éviter désormais à cette femme d'aller chercher de l'eau aussi loin - 1500 m - Saint-Martin fit jaillir une source à l'endroit où il s'était arrêté". un autre texte de de l'abbé Nanglard précise " Rioux-Martin veut bien dire  ruisseau de Martin [...] La tradition locale rattache cette légende au Bois de l'Âne qui existe entre Lafaurie et Chez Gerbaud , et à la fontaine située sous le village dénommé Les Ecossais des Landes, première source du ruisseau  de Chez Gerbaud mais qu'on peut regarder comme le Rioux de Martin puisqu'il aboutit à l'Argentone tout près du bourg...On pourrait être surpris qu'une villa gallo-romaine...".
L'Argentone est un affluent de la Tude. La Faurie est un lieu noble ayant appartenu  à la famille de Cladier  dont Jean, Sieur de Neuville, et sa femme Marthe respectivement décédés en 1701 et 1700 sont enterrés dans l'église. Samuel du Cladier, seigneur de La Faurie, décédé en 1682 est lui aussi enterré dans l'église.
Le domaine de La Faurie est vendu en 1695 aux frères Frichou (Yves-Michel Foucaud, "Les Ecossais du bourg". Dans Société Archéologique, Historique et Littéraire de Barbézieux et Sud-Charente - Nouvelle série. Tome LVIII - Année 12015. P. 127 à 132). Gaston du Cladier ayant épousé la fille du seigneur de Curac va habiter le château de Fief de Curac (voir sur ce blog :Curac - Les énigmes de son château - Département de la Charente - Archéologie Médiévale
 Le domaine de La Faurie est une nouvelle fois vendu aux Ribéreau qui l'habitent en 1780 (cf. Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente. Librairie Bruno Sépulchre, 2005, p.572 et 573.)
Toutefois les sources historiques imprimées et originales sont discordantes car La Faurie est un domaine qui fut transmis à Edouard Warin par sa belle-mère épouse Lajeunie née Frichou. C'est dans ce domaine que vivait et travaillait Edouard Warin architecte diocésain - en collaboration avec Paul Abadie. 
Ce sont ces deux architectes qui modifièrent l'église de Rioux-Martin dès 1850 comme nous allons le voir plus bas par des sources d'archives.


Edouard Warin (Epernay - Marne -1837- Rioux-Martin - Charente -1911) :
(pour les liens de Paul Abadie et de la Charente voir ci-dessous "Paul Abadie")
  Edouard Warin, par sa belle-mère, est en lien directe avec la famille Frichou qui remonte aux Hamilton d'Ecosse liés aux plus illustres familles d'Ecosse et d'Angleterre. Les Lettres patentes accordées par Charles 1°, roi d'Angleterre, qui établissait la haute origine et les titres de noblesse Hamilton d'Ecosse, ses ancêtres". Le chef de famille est marquis. Il arrive en France avec sa famille au XVII° siècle - sous le règne de Charles 1° d'Angleterre - par Jean Hamilton marquis Fretchow - branche cadette des Hamilton. Les nobles alliances se poursuivent et, propriétaires de la moitié de l'actuelle commune de La Genétouse,  en 1695 ils font l'acquisition de La Faurie qui reste dans la famille et qui y est encore. A cette époque la Faurie se compose de terres et de domaines et le site de résidence noble est bordé d'une métairie, le tout formant la village actuel de La Faurie.
En 1859, l'année des projets de reconstruction du chevet de Rioux-Martin, Paul Abadie nomme Edouard Warin Inspecteur des Travaux de la ville d'Angoulême. Puis, en 1864, Edouard Warin est nommé Architecte Inspecteur du diocèse d'Angoulême. Le département de la Charente est à cette époque divisé entre "Charente" et "Charente Inférieure"
De 1860 à 1890 Edouard Warin est architecte de la ville d'Angoulême. Mais dès 1869 ses compétences sont étendues à tout le département. Et comme en témoignent les documents inédits ci dessous produits, et transmis par son ayant droit et arrière petit-fils monsieur Jean-Louis Mercadé, sa collaboration est étroite avec Paul Abadie, au moins jusqu'en 1859 et au-delà. 
Son œuvre est important bien que très mal connu et d'une incontestable qualité même si les critères "Monuments Historiques" de son époque ne sont pas exactement ceux de la notre qui ne produit pas moins "d'abus" en matière de restaurations et d'aménagements du territoire s'émancipant de façon assez inquiétante de la Chartre de Venise qui fixe les règles d'intervention sur le patrimoine historique (Chartre Internationale sur la Conservation et le Restauration des Monuments et des Sites - 1964) . Les Archives départementales de la Charente commencent à publier des documents numérisés sur l'œuvre abondant de cet architecte. Une de ses réalisations - l'église de Villebois-Lavalette est même classée Monument Historique, et l'église de Rioux-Martin bénéficie du même classement par liste de 1862. 
L'inventaire des travaux d'Edouard Warin n'étant pas encore terminé on peut tout de même citer l'église de Pérignac (où l'architecte développe des idées plus proches "byzantines" de certaines interventions de Paul Abadie, tout en respectant beaucoup de structures originales que nous retrouverons sur ces pages), la chapelle Notre-Dame à Chalais, le château de Passirac (propriété de la famille du couturier Castelbajac), les halles centrales d'Angoulême, l'usine d'emballage et conditionnement Lacroix (on retrouve Edouard Warin autant en intervention sur le bâti ancien que contemporain de son époque, maniant avec une réelle maîtrise l'éclectisme du XIX° siècle)... Voire également les Archives Départementales de la Charente.

    
Paul Abadie (Chatou 1812- Chatou1884)

Paul Abadie est homonyme de son père Paul Abadie ( architecte néo-classique - 1783-1868 - de la Charente).
Sa formation débute dans l'atelier d'Achille Leclère en 1832 et se poursuit en 1835 à l'Ecole des Beaux-Arts où il étudie l'architecture. En 1844 il est attaché à la Commission des Monuments Historiques et il élabore ses premiers projets pour la restauration de Notre-Dame de Paris sous la codirection d'Eugène Viollet-le-Duc et de Jean-Baptiste Lassus. En 1845 ces deux architectes s'attachent la collaboration de Paul Abadie comme Second Inspecteur.
En 1849 est créé le Service des Edifices Diocésains au sein duquel Paul Abadie est nommé Architecte pour les diocèses de Périgueux, Cahors et Angoulême.
En 1872 il est nommé Inspecteur Général des édifices diocésains et en 1875 il est Membre de l'Institut. 
Ses interventions et œuvres les plus connues dont :
Cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême (Charente - 1849 à 188à),
Cathédrale Saint-Front de Périgueux  (Dordogne - 1851-1883)
(Abadie devient l'archétype très contesté du parti des files de coupoles traduites en extérieures qu'il reprendra pour la basilique  du Sacré-Chœur construite de neuf à partir de  1875 et terminée en 1919),
 la Grande Synagogue de Bordeaux (1877-1882)

Paul Abadie, en plus de Rioux-Martin en collaboration avec Edouard Warin, est intervenu en Charente et dans la vallée de la Tude à l'église de Montmoreau, de Saint-Eutrope,... 

(Sources : Encyclopédie Universalis, Archives Départementales de la Charente et archives de
 M Jean-Louis Mercadé - Musée d'Angoulême, Entre archéologie et modernité - Paul Abadie architecte 1812 6 1884. Musée d'Angoulême, 1984. -   "Paul Abadie architecte charentais - suivi de Le Fond Warin aux archives départementales de la Charente", dans, Le Picton - Culture et patrimoine en Poitou et Charentes. n°260. Mars-Avril 2020, p. 24 à 49).


Le prieuré de la Haute Lande
Prieuré de l'abbaye de Fontevraud


Le site est connu depuis fort longtemps, il semble même que la tradition orale ait toujours accompagné l'histoire dont les archives de l'abbaye de Fontevraud gardent traces et souvenirs. Des bâtiments étaient encore visibles au XVIII° siècle.

Localement une publication donne une première mémoire imprimée de ce site :
David instituteur (c'est ainsi que la nom de l'auteur est désigné), La Lande de Rioux-Martin - Notice Historique et Géographique sur la commune de La Genétouze (Charente Inférieure) Saintes, 1909, p. 140. 

Les éléments de la dite "monographie de  La Genétouze" sont repris dans 

 : Chalais - son canton - ses princes - Les Talleyran-Périgord. Une publication du Cercle Historique de Chalais sous la direction du Dr Lacamoire avec la collaboration de Messieurs Bodet, Dournois, Fabvre, Nadaud, Nicolas, Pellet, Rocher J.C. et l'abbé Ripoche. Angoulême 1970, p. 77 à 79.

La "monographie de la Génétouse" sus citée [La Genétouze est une commune limitrophe mais à l'époque en Charente-Inférieure sur le secteur de Saintes - voire cartes ci-dessus)] reprenant un Pouillé du diocèse d'Angoulême (page 140) : "Les restes d'une chapelle dite de l'abbaye de La Lande, dépendance de l'abbaye e Fontevrault, vocable inconnu. Aux XVII° et XVIII° siècles, le curé de la paroisse en faisait le service par lui ou par son vicaire moyennant 45 livres par an, plus la jouissance d'un petit domaine". Des difficultés se présentent dans la seconde moitié du XVIII° siècle et le curé de la Genétouse écrivait au comte de Verteillac en 1769  "Le nommé Guenon de la Lande doit des arrérages et il crie reprenant un texte des Archives Départementales sans cesse, il m'a prié de vous le dire mais je luy ay dit que puisqu'il ne fait pas valoir son bien, il fallait le vendre à des gens qui payeraient et le fraient valoir, et il est situé à trouver des acquéreurs".(Archives départementales)
  
La localisation du site était déjà bien connue avant ces publications puisque les populations des villages environnant y avaient entrepris des fouilles dans les années 1850.

En exploitant sa propriété sur le site Monsieur  Pierre-Michel Barlaam a mis à jour par sondages - en enterrant des piquets - un dallage plat d'environ 60 mètres de long.

Au dictionnaire de l'Ordre Monastique de Fontevraud la Haute-Lande figure ainsi :

La  Lande-en- Beauchêne (B) ,  peut -être  le même  prieuré  que  (10) La Lande-en-Chalais . Commune de  Rioux- (16210) 

Un colloque tout récent offre une nouvelle perspective d'approche de ces prieurés. 

Fontevraud et ses prieurés - Etudes d'histoires, histoire de l'art et archéologie - Actes du colloque organisé par le Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (Université de Poitiers) les 25/26 septembre 2015 à Fontevraud, en collaboration avec le Centre Culturel de l'Ouest. Textes réunis par Claude Andrault-Schmitt, Patrick Bouvart et Cécile Treffort. Paris, 2020.

La Haute-Lande est inscrite sur la carte des prieurés de cette étude p. 25 - géographiquement à peu près située,  sous la désignation "Lande en Ch." avec la qualification "prieuré double dont la date de fondation demeure incertaine". Cependant le prieuré n'apparait plus dans la liste des "établissements religieux et églises cités" p.295 à 299. 
Mais La lande-en -Beauchêne y figure (p.297) qualifiée ou suivie de "(La) (Sallertaine, Vendée, diocèse de Poitiers 18, 44, 216".

On voit que la question traitée - loin d'une localisation certaine du site et d'une ignorance des documents départementaux - reste problématique, ainsi que la période de construction des premiers bâtiments.

Avec cette nouvelle exploration sur ce blog, du site, sans fouilles, grâce aux témoignages des populations locales, nous pouvons désormais progresser vers une approche qui relaye parfaitement les éléments publiés hélas sans iconographie alors qu'il y aurait en quelque part une croquis d'élévations de bâtiment (s) de ce prieuré. Toutefois les éléments archéologiques désormais autorisés à figurer sur cette page par les propriétaires des terrains agricoles du site, nous ramènent à des répertoires qui sont ceux de la construction de l'église romane de Rioux-Martin.


Une autre église romane est voisine : celle de Médillac. Les deux partis architecturaux romans contemporains sont toutefois un peu différents.
Les sites de Médillac et de Rioux-Martin sont proches d'une zone de quatre moulins installés sur un seul et vaste bief de la Tude, au plus près de la carrière d'où ont été extraites les pierres de construction des édifices.
Un château ancien, disparu, est signalé sur le secteur de la carrière sous le nom de "Ancien château" qui était l'adresse postale de monsieur Pierre Chadefaud en 1948 (doc. Yves-Michel Foucaud). 
La carrière d'où proviennent les pierres qui ont été extraites pour les constructions du prieuré
et de l'église

Les vestiges archéologiques (photos autorisées ci dessous) nous ramènent vers les deux églises romanes du petit secteur géographique aux confins de la Double Saintongeaise et de la basse vallée de la Tude, mais plus vers Rioux-Martin que vers Médillac qui utilise un vocabulaire ornemental sculpté d'un autre vecteur .






L'église de Rioux-Martin

Bibliographie :
                                   Abbé Jean-Hippolyte Michon : Statistiques monumentales de la Charente. Angoulême, 1844, p. 277 et 309.
                                               Abbé Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, 1894, t.III, p.448 -  t.IV, p.196.
                                              Jean George, Les églises de France - Charente. Paris, 1933, p.204 et 205.

                                               Charles Connoué, Les églises de Saintonge - Cognac et Barbezieux - Livre IV. Préface de Germain Gaborit. Saintes 1952/55, p. 119 et 120.

                                               Saintonge romane - Edition du zodiaque. 1970; figure sur la carte des églises romanes de Saintonge en tant que "Eglise en partie romane".
                                          



Pour le travail  de recherche en reconstitution par le second synoptique, ces deux dessins sont d'un grand intérêt. L'apport du texte de l'abbé Michon publié en 1844 viendra apporter d'autres éléments intermédiaires. 

Ces deux dessins font apparaître les deux verrues latérales qui ne sont pas retenues par Paul Abadie puisqu'il recherche une unité des façades sud et nord ainsi qu'une sacristie qui s'inscrit dans ce projet. Paul Abadie, contrairement aux idées reçues, ne cherche pas systématiquement à transformer la vision romane du XIX° en essayant de lui imprimer ses idées coûte que coûte mais recherche d'avantage une solution pratique pour améliorer le service religieux sans heurter l'esthétique du bâtiment. Et alors il sacrifie ces deux verrues nord et sud.
Le projet 2 garde les verrues latérales et les inscrit dans un ensemble qui porte l'élévation à un étage sur contrefort inexistant sur le relevé 1 avant démolition. A l'étude, ces arcades à l'étage ne peuvent être que des leurres - fausses fenêtres - masquant ou agrémentant, ou animant, la partie en élévation qui cache intérieurement le niveau de la voûte en cul de four.  Ce projet 2 s'inscrit dans la mode des leurres et trompe-l'œil propres à la seconde moitié du XIX° siècle contemporaines des enseignements d'Antoine Quatemère de Quincy des publications de Jacques Ignace Hittorff et un peu avant les interventions à l'Académie et de Charles Garnier, les généralisations de l'emploi du ciment, c'est-à-dire des architectures non appareillées qui ont besoin d'apports ornementaux capables de rivaliser avec ceux des architectures appareillées ou de transformer l'expression ornementale monumentale (les expressions du ciment brut ne viendront que plus tard avec les frères Perret à partir de leur garage de la rue de Ponthieu à Paris 1906-7) qui verra le triomphe de ces architectures décorées de frises et leurres architecturaux peints, en céramiques, moulés et sculptés (vendus sur catalogues parisiens parallèlement à des répertoires publiés comme ceux de César Daly et autres modèles de papiers peints sur fond des travaux de Chevreul sur le cercle chromatique) et massivement construits en ornements préférés des nouvelles constructions de la Côte d'Azur après le rattachement du comté de Nice à la France (1861) jusqu'aux années 1950, mais qui feront également le bonheur des nouveaux quartiers construits autour des gares de chemins de fer et des stations balnéaires qui s'édifient un peu partout en Europe diffusant le style du Nord au Sud et de l'Ouest à l'Est dans toutes les capitales européennes et au delà avec les constructions coloniales. Le leurre, le trompe l'œil, soutenus par les idéologies populistes et luxueuses de l'art de décorer les maisons de la période Art-Nouveau, sont tellement ancrés dans les pratiques culturelles de cette époque que même la rampe de l'escalier suspendu du vestibule du château de George Sand à Nohant sera refaite en leurre de fer forgé par son fils Maurice Sand, élève d'Eugène Delacroix, ce peintre qui aurait repeint toutes les façades de Paris selon Charles Baudelaire (Ecrits sur l'Art) bien avant ou pendant que les architectures haussmanniennes soient les sources d'inspirations des décors peints des immeubles du Vieux-Nice.
C'est ce principe que Paul Abadie utilise à Rioux-Martin.
Toutefois la pratique d'Abadie à Rioux-Martin n'a rien à voir avec la révolution ornementale et architecturale internationale d'origine française au XIX° siècle puisque nous possédons des procès d'aristocrates à leur maçons, maîtres maçons et architectes des XVII° et XVIII° siècles, qui leur ont facturé des constructions en grand appareil régulier (pierres de tailles) alors qu'ils ont décorés des murs construits en petits appareils dissolus enduits (cailloux souvent récupérés sur les sites des constructions, sans transport)  retracés au fer ou au cordeau, voire au pinceau, pour faire illusion de grand appareil régulier et forcément bien plus cher, transport facturé; l'historien d'art/archéologue qui travaille en archives et qui n'y prend pas garde, ou qui fait lui-même l'économie d'un déplacement sur le site accepte comme tels des documents d'archives qui sont de véritables escroqueries. 
Mais il est aussi arrivé que ce soient les propriétaires eux-mêmes qui aient commandé ces décors - et leurs maintiens - lors de remaniements de leur châteaux pour en harmoniser les architectures de différentes époques.
 C'est exactement ce que fait Paul Abadie à Rioux-Martin mais sans escroquerie puisqu'il énonce clairement son soucis d'harmonie avec le bâtiment roman.
Une version poétique a été publiée de ce château : Claude Peynaud, Pierre Garnier, Pierre Courtaud, Terrail - Ecrire le château - Poèmes d'architecture - Séries linéaires. La Main Courante, 1993 

Le projet 2 montre une possible alternative hâtivement "croquée" de deux fenêtres latérales (?), d'où une seconde proposition sur le synoptique N°2.


Le dessin 1 est un relevé avant destruction. Il fait apparaître que la voûte du chœur est déjà effondrée et que l'appel à des "restaurations" est pleinement justifié redonnant un plein et entier caractère de légitimité aux propositions de Paul Abadie mais aussi à celles d'Edouard Warin car ce dessin montre une élévation originale du clocher sur arcades. Toutefois le débat peut s'installer car la suite des documents sont susceptibles de donner une période de réalisation de ce dessin alors que le clocher a déjà été restauré ou reconstruit par Paul Abadie et Edouard Warin.

Les dessins 1 et 2 font tous les deux apparaître une réduction des volumes de la nef pour édifier le clocher.


La flèche octogonale, très haute, serait ancienne mais je ne l'ai pas retenue dans ma reconstitution romane (synoptique 2)  car les bibliographies consultées ne donnent ces types de flèches appareillées sur de petites églises qu'à la période gothique (et même sur les grandes). Toutefois en 1844 - c'est-à-dire avant les interventions d'Edouard Warin et de Paul Abadie,  cette flèche existe et le clocher refait par Edouard Warin répond presque en tous points au descriptif qu'en donne l'abbé Jean-Hippolyte Michon dans son compte rendu des statistiques monumentales de la Charente publiée en 1844. Je donne le passage complet publié par l'abbé Michon, p.309. Il s'agirait donc d'une réelle restauration.
"L'église de Rioux-Martin est remarquable par une flèche romane à huit pans. 
    Cette flèche mérite une description spéciale. Elle s'élève au-dessus d'une coupole dont la partie supérieure est construite en glacis. Sur ce massif est une corniche où prend naissance la tour carrée du clocher. s'élève au-dessus d'une coupole dont la partie supérieure est construite en glacis qui a quatre vingt quinze centimètres d'ouverture pendant que les autres n'ont que trente centimètres (ce sont les dimensions actuelles). C'est sur cette base carrée qui est au dehors de 5 m 45 de diamètres et 3 m.45 au dedans (ces dimensions extérieures sont à peu près celles actuelles, mais un peu différentes à l'intérieur), que s'élève la flèche octogone. Elle se compose de 55 assises de 25 centimètres d'élévation sur 17 d'épaisseur , ce qui donne au clocher une extrême légèreté. Par une ingénieuse disposition, l'architecte a évidé chaque pierre de la flèche au moyen de deux longues coupes longitudinales  séparées par deux petits oculus...cette flèche souvent lézardée par la foudre , va être restaurée prochainement". 
A l'analyse archéologique du clocher actuellement visible et accessible, nous ne repérons aucune lézarde ni usure de la structure (sauf à la base comme précisé plus loin) et l'abbé Michon ne dit rien des lanternons qui amortissent les angles en réserve entre le carré du clocher et l'octogone de la flèche. Ces lanternons sont pourtant des éléments forts de l'esthétique du clocher actuel et constituent également des masses qui jouent le rôle des pinacles au-dessus des culées gothiques, et remplacement de certains éléments vu la sécheresse des éléments taillés et sculptés. Un autre détail pourtant important manque au descriptif de l'abbé Michon c'est l'habillage des ébrasements des baies par des rythmes de colonnes pourtant savamment agencés et qui figurent en indications sur le dessin N°1 transmis par la mairie de Rioux-Martin mais comme dit plus haut la situation de ce dessin sur le temps des restaurations/reconstructions porte à discussion. Ce système ornemental des baies est également un élément fort et original à Rioux-Martin.
Charles Connoué (1952/55) donne l'observation suivante (p. 119) : "Très beau clocher moderne (et un tantinet prétentieux) ...sur un étage carré ajouré suivant les faces d'une ou de deux baies accompagnées de nouvelles colonnettes. La souche a conservé d'anciennes petites fenêtres étroites. Sur la base du mur sud se voient encore des traces d'incendie."

Toutefois, en reprenant la lecture d'Eugène Viollet-le-Duc qui aurait pu influencer la restauration de ce clocher, on voit qu'il donne des structures de flèches appareillées dès le XII° siècle et parfois avant. Pour la Charente il donne l'exemple de Roulet (ou Roullet) "Le plan de l'étage carré du beffroi, et le plan de la base du cône  avec ses quatre petits pinacles  à jour. La figure 19 donne  la coupe de ce clocher, et la figure 20 son élévation (en note 1 nous lisons : Nous devons ces dessins, ainsi que ceux de Brantôme, à M. Abadie, l'architecte de Saint-Front)". 
Les clochetons appareillés sont bien des structures romanes comme on en voit aux angles de la façade de Notre-Dame-le-Grande à Poitiers et sur d'autres églises, même si leurs expressions sont sensiblement différentes.
Un auteur comme Jean George, op.cit. p. 214 et 215, reprend bien à Roulet une reconstruction et non pas une réfection du clocher en 1874 et 1875 mais s'il remarque qu'effectivement la flèche pourrait rejoindre le XII° siècle, et qu'on ne possède toutefois pas la date de consécration. Il ne confirme pas non plus une consécration une fois le monument terminé. Et ce sont peut-être plus les dates d'achèvements - qui ne posent pas trop de problèmes avec les grands édifices désormais souvent bien datés - qui sont les principales difficultés pour traiter ce sujet par les petites églises même avec une relative certitude. 

Remarque : les dimensions relevées à la base du clocher sont les mêmes entre celles que j'ai relevées in situ et celles publiées par l'abbé Michon en 1844. En revanche, pour que l'abbé Michon ait pu fournir des dimensions aussi précises de la flèche il faut qu'il ait eu à sa disposition un système d'échelles ou d'échafaudages déjà en place en 1844, car la flèche est absolument inaccessible sans dispositif particulier à un maintien de la structure par étais ou échafaudage.
Les dimensions et les rapports de dimensions que j'ai exploitées pour mon étude ci-dessus sont celles obtenues par mes relevés, par calculs géométriques complémentaires ajustés à ce qui est fourni par l'abbé Michon et ce qui est  évaluable tant de l'intérieur du clocher que depuis la base extérieure de l'église. L'étude pourrait donc avoir ainsi un relatif pourcentage d'exactitude métrique avec des écarts terrain de plus ou en moins 5 cm. Toutefois si les écarts terrains étaient de 5 cm leur report sur papier millimétré à l'échelle de 5 cm par mètre  amènerait à des écarts de dessin papier de 2, 5 cm ce qui est absolument impossible pour des plans carrés dessinés qui mesurent 22 cm. Je propose donc ce montage avec un fort pourcentage d'exactitude. Toutefois, parce que ni l'abbé Michon ni moi n'avons toutes les dimensions des rangs qui en plus peuvent varier de la base au sommet de la flèche (l'abbé Michon donne 25 cm d'élévation pour chaque rang pour une épaisseur de 17 cm - seule la valeur de 17 cm intéresse le dessin en plan - valeur que j'ai respectée  ) à cause de niches d'incertitudes de dimensions toujours possibles, entre celles données par l'abbé Michon, celles que j'ai pu relever et celles que j'ai pu calculer, je produits la superposition de la flèche à la base, qui reproduit ce qui est visible, en deux figures supplémentaires au modèle initial de Paul Abadie.
Pour les dimensions dessinées des bases des clochetons c'est purement une estimation visuelle.
C'est donc une structure montée en flèche par ceinturages des lits de poses, par en principe des agrafes et des goujons (système qui remonte depuis l'antiquité grecque), où les vides accompagnent ce principe sans ruptures. Quatre angles de la base carrée, socle de la flèche, sont traités en puissant contreforts chargés de masses supplémentaires en clochetons jouant le rôle des pinacles ajoutés sur les culées des arcs-boutants des églises gothiques.
La souche a été reconstruite pour obtenir une assise carrée au dispositif : glacis et encorbellements. 
Voire plus bas les photos des détails archéologiques du clocher, ajoutées d'une icône d'élévations de fonds en rapport avec les études techniques publiées par Viollet-le-Duc pour construire ces grands clochers terminés par des flèches appareillées.
 
 Un document d'archives et un nouveau dessin de Paul Abadie nous permettent d'avancer un peu plus.

C'est un document de 4 pages, provenant d'archives privées mais parfaitement authentique, qui nous renseigne sur les premiers chantiers qui font suite au texte de l'abbé Michon publié en 1844. Toute la restauration principale semble avoir démarré en 1850 ... 

Page 1 
" Vu les travaux de restauration effectués jusqu'à ce jour à l'église et au clocher de cette commune par Mr Laurent entrepreneur et de Mr Abadie Architecte.
Vu l'état de situation présente  en 1849 par le dit Mr Laurent avise par Mr Abadie Architecte duquel il résulte que Mr Laurent est encore en avance pour une somme assez considérable .
Vu la demande de fonds de Mr Laurent appuyé par Mr Abadie considérant que le receveur municipal ne peux sans aucune autorisation spéciale a l'autorité compétente de dessaisir des fonds pour la commune de Rioux-Martin.
En conséquence faites que cette autorisation soit acceptée pour qu'il puisse verser entre les mains du dit Mr Laurent une somme de 1000 F dont[...] pour Mr Abadie Architecte, imputable sur l'exercice 1850, somme accordée par le gouvernement pour la restauration dont il s'agit.
Ainsi délibère les jours et mois, le conseil signe après lecture.

An 1850.
                      Par tous ces motifs le conseil doit renouveler auprès de son excellence Mr le Ministre des cultes la demande de secours du 5 Août dernier et la prier de vouloir bien accorder à la commune la somme de F 6173, 60 nécessaire au complément des travaux de ce monument si précieux.
                       Il croit aussi ne point devoir lui laisser ignorer que la portion à restaurer, une partie a déjà croulé, et que la chute du chœur en entier étant imminente, les étais qu'on y avait placé pour el soutenir ne pouvant plus suffire;
                        La commune se voit dans les jours [...] dans l'obligation de faire fermer l'église aux fidèles pour prévenir tout accident.
                              [...]
                            Monsieur le Ministre des Cultes veuillez bien ne point laisser annuler le crédit de F 7000, réservé à l'exercice 1850; par con collègue le Ministre de l'Intérieur pour la restauration en question et qui accordera de son côté la somme de F 6173, 60 nécessaire pour compléter les dépenses.
                               Le Conseil lui exprime d'avance....
  
 Page 2 

Délibération pour les dépenses de l'église 1860
" Le Conseil Municipal de Rioux Martin réuni en sessions ordinaire au lieu habituel ses séances en vertu de la circulaire de Mr le Préfet en date du 23 janvier dernier [...]Mr le Maire a exposé aux membres comprenant cette assemblée que l'état actuel de l'église de cette commune exige l'achèvement le plus prompt des travaux  de restauration commencés depuis environ 10 ans.
          Que les travaux exécutés vers 1850 par les soins de la commission des Monuments Historiques ne s'étant appliquées qu'aux parties qui menaçaient ruine laissées sans réparation bien des dégradations tant intérieurs qu'extérieurs (sic).
           Que depuis cette époque la commune avec ses propres ressources (la reconstitution de chœur et de la sacristie).
Qu'il existe encore une infinités de réparations aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur qui importe d'exécuter pour la conservation de l'édifice  et de le rendre à son état primitif. Que l'état de ces divers réparations se trouve établi dans un devis dressé par Monsieur l'Architecte Diocésain (C'est-à-dire Edouard Warin). Lequel devis élève la dépense à une somme de F 7049, 54 et que la commission qui a tant fait de sacrifices jusqu'ici pour la conservation du remarquable monument qu'elle possède. 
    Fait encore imposer de nouveaux et appeler à son aide le Ministre des Cultes et la Commission des Monuments Historiques pour conduire à leur fin les travaux en question. A quoi la sur dite commission des Monuments Historiques se trouve elle-même intéressée par les précédents sacrifices.
Les choses en cet état, le Conseil et le plus hauts cotisés.
Vu l'état de l'église.
Vu les travaux à y exécuter.
Vu le devis.
Vu aussi la délibération du Conseil de Fabrique constatant qu'il ne peut disposer d'aucune ressource."

 Page 3

"Vu encore ue autre délibération du Conseil Municipal de cette commune et des plus hauts cotisés, en date du 8...1857 par laquelle il a été voté, pour les mêmes travaux de l'église une somme de dix huit Francs recouvrable en trois annuités.
La reconstitution du chœur et de la sacristie.
Joint d'avis malgré la gène ou la laissant depuis longtemps, les dépenses en question que la commune soit de nouveau imposée pour une somme de deux milles Francs, qu'il vote ainsi pour être recouvrée en trois annuités et après le recouvrement intégral de l'impôt voté en 1857, c'est-à-dire en 1862, 1863, 1864, priant l'autorité [...] et lui accorde à tire de secours la somme nécessaire pour compléter les dépenses en question...

Page 4
Registre délibérations municipales de Rioux-Martin

" 15 juillet 1860

                         L'an mil huit cent soixante, le Conseil de la commune de Rioux-Martin, canton de Chalais, arrondissement de Barbezieux, Charente, réuni extraordinairement au lieu de ses séances en vertu de la lettre de Monsieur le Préfet en date du 1° juillet courant à l'effet de voter si possible une subvention en faveur du Comice Agricole de l'arrondissement de Barbézieux, après avoir examiné la sus dite lettre de Monsieur le Sous Préfet et les ressources de la commune.
                                Considérant que la commune n'a aucun fond libre; que toutes les ressources sont plus qu'épuisées par les travaux qui ont été exécutés à son église, et que chaque année elle est même dans l'obligation de voter des fonds pour couvrir des dépenses obligatoires.
                                Par ces motifs et tout en reconnaissant l'utilité de l'œuvre du comice, le Conseil à le regret de ne pouvoir  voter aucune subvention.
                                 "Ainsi délibéré....Le Maire : Champagne...les Conseillers....."

                           Fin de la liasse 

De ce document il ressort que la restauration de l'église, ou une première restauration a duré dix ans, de 1850 à 1860 engloutissant des budgets très importants (sans que nous en connaissions les destinations) et se terminant par le chœur qui ne sera pas "restauré à l'identique" mais très largement reconstruit suivant la proposition de Paul Abadie, comme les documents originaux, signés et datés,  déjà produits en témoignent.
Et comme le montrent encore ces autres documents iconographiques qui proviennent exclusivement du fond en propriété à Monsieur Jean-Louis Mercadé, le clocher est parfaitement construit au moment du projet ou de l'achèvement du projet de reconstruction du chœur.
A Roullet la flèche a été entièrement reconstruite...

D'autres détails en photos

Cette flèche est de toute façon édifiée par-dessus une structure plus ancienne et plus basse comme on le voit dans la dernière phase de l'escalier (photos ci-dessous).
L'aménagement de la lourde structure en bois qui soutient la cloche a été étayée par une poutre en face intérieure Nord. C'est une poutre en ciment.
Le ciment est un nouveau matériaux élaboré à la fin du XVIII° siècle sur la base des travaux de Lavoisier. Vicat publie ses travaux sur le sujet en 1818 : ils portent plus spécialement sur les pouzzolanes et plus généralement sur le phénomène de l'hydraulicité. Nées en Angleterre en 1824 les cimenteries Portland commencent une production de ce matériau qui ne devient important qu'après quelques expériences du second quart du XIX° siècle.
Par les documents transmis par M. Jean-Louis Mercadé nous allons voir qu'Edouard Warin a fait appel aux ciments Portland pour régler les assises de l'autel du chœur, qu'il construisit en 1861. Il n'y a donc rien de surprenant ni d'incongru à trouver une poutre au sol de réglage d'un support de cloche sur la décennie 1850-1860, pas plus qu'une chape en ciment.
 


Il nous faut repartir sur ce document en place des assises modifiées pour explorer les restaurations du clocher.

Les glacis de réduction du plan de la nef à celui du clocher sont signalés par l'abbé Michon" (Le clocher)...s'élève au-dessus d'une coupole dont la partie supérieur est construite en glacis": il ne peut s'agir que des glacis extérieurs. Ces glacis ne témoignent pas d'usures du temps différentes de celles du clocher (sauf quelques herbes et mousses), c'est à dire au caractère peu usé et à la taille très sèche des appareils :  leur caractère moderne semble déjà se traduire par ce témoignage lithique.
Si la réfection des glacis semble bien reprendre un dispositif plus ancien, sur les faces Sud et Nord, qu'en est-il des encorbellements des faces Est et Ouest alors que l'abbé Michon écrit
"Sur ce massif est une corniche où prend naissance la tour carrée du clochers'élève au-dessus d'une coupole dont la partie supérieure est construite en glacis" 
Si la tour est carrée avant les restauration du XIX° siècle, il faut admettre que les encorbellements qui élargissent extérieurement la souche intérieure de la coupole en faces Est et Ouest ont également une origine ancienne et complémentaire aux glacis des faces Sud et Nord pour obtenir une souche carrée non projetée par un premier projet de construction qui eut organisé l'élévation du bâtiment autrement ou différemment pour prévoir cette structure carrée aérienne, en élévation, comme on le voit - en exemple - avec la coupe de Paul Abadie à Roulet suivie de mon étude technique du clocher de Rioux-Martin.
 Ce qui fait bien apparaître que le clocher (celui dont parle l'abbé Michon) qui précède celui "restauré" au XIX° siècle est lui-même et déjà une adaptation de la structure romane primitive et non pas un premier projet cohérent avec la parfaite unité de la structure romane initiale comme les deux premiers synoptiques le montrent déjà avant même d'aborder en photos et en texte le descriptif analytique de cette église par sa façade occidentale, ses deux travées de nef et son avant-chœur-Tour-de-Cloche. 
La dernière cloche est installée en 1786 : c'est celle qui est actuellement en place.
Elle a un diamètre de 76 cm, c'est-à-dire qu'elle passe par la plus grande baie qui mesure 95 cm à l'intérieur du clocher (mesure également donnée par le compte-rendu de l'abbé Michon en 1844 avant restauration) pour 84 cm extérieur. 
L'inscription este en Français. Monsieur Foucaud me donne le montage qu'il en a fait sur relevé
Si nous repartons sur l'analyse de l'arrivée de l'escalier et des supports des chevalet de cloches, déjà présentés, nous continuons les explorations avec les appareils et nous découvrons de nouvelles structures de pierre usées,  usées et composées avec des nouvelles tailles de pierres ou qui ont éliminé les anciens blocs.
Dans le réemploi de la modénature
On comprend alors qu'une reprise sous œuvre des trompes qui supportent la flèche, sa masse et son poids parfaitement calculés dans les équilibres des articulations architecturales, est impossible à cette hauteur avec les moyens d'étais du XIX° siècle, sur un dispositif aussi fragile et autant architecturalement équilibré. Ce qui oriente vers une flèche démontée et remontée, ou plus vraisemblablement en partie démontée et remontée, ne serait-ce que pour remplacer les pierres usées, mais pas toutes puisque certaines apparaissent encore.
Monsieur Jean-Louis Mercadé me signale un écroulement partiel de la pointe de la flèche dans les années 1950 : il est fort possible que les systèmes de solidarisation des blocs et des rangs en aient fragilisé la solidité... C'était la foudre qui était responsable de cet accident. Par la suite un paratonnerre fut installé.
L'impression de courbe sur l'élévation gauche de la figure 2 est un effet d'optique : les alignements sont parfaitement rectilignes. Cependant, cet effet d'optique de l'élévation dégagée des départs collatéraux des nef et chœur renforce l'objectif recherché de la démonstration par les visuels comparés.
On peut donc avancer un troisième synoptique intermédiaire entre la phase de construction romane et celle des restaurations/modifications du XIX° siècle (voir plus plus bas dans la page, plus d'observations de réserves sur la souche du clocher,  sur la seconde production du 2° synoptique de reconstitution de l'édifice roman).

3° synoptique


 

Des compléments d'aménagements de mobiliers sont ajoutés dans la décennie qui suit l'arrêt des gros travaux de restauration

L' œuvre d'Edouard Warin en l'église de Rioux-Martin se poursuit.

Dès novembre 1866 le Conseil Municipal est amené à statuer sur la conversion en concession perpétuelle d'un terrain que la famille de la femme d'Edouard Warin - famille Lajeunie - possède au pied du clocher sur la face Nord de l'église. 
Dès le 19 décembre 1866 le Préfet valide la décision du Conseil Municipal d'attribuer ce terrain en concession perpétuelle. Les délibérations et accords complémentaires entre la fabrique, le clergé et la municipalité traînent un peu et le 15 mai 1876 quittance est donnée du Receveur Municipal, confirmant la concession à la famille Lajeunie.
Le 20 septembre 1877 la circulaire préfectorale du 23 mars 1667 est approuvée.
Le 8 octobre 1877 quittance est enregistrée à Chalais.
Enfin le 4 juillet 1881 la concession est définitivement accordée aux familles Warin, Champagne et Papillaud pour un tombeau et sa chapelle. 
C'est l'entreprise Texier de Chalais, de la famille de l'architecte  Pierre Texier qui remaniera l'église de Bors-de-Montmoreau à la fin du siècle (1896), qui est chargée de l'œuvre.

Ce tombeau est désormais la seule propriété de la famille de M. Jean- Louis Mercadé
arrière petit-fils d'Edouard Warin.




L'église romane de Rioux-Martin 

Reprise du 2° synoptique

synoptique de proposition de reconstitution de l'église romane

La subtilité architecturale avec laquelle le glacis de réduction de la souche du clocher s'articule avec ceux du haut des contreforts (perturbé sur le couvrement de la vis en œuvre mais sans altération ni modification de l'intérieur de la cage d'escalier) m'a amené à conserver cette structure comme pouvant être tout à fait originale à la construction romane, par delà un remaniement gothique surtout en surélévation, puisque nous avons la limité intérieure du sol du clocher roman à 30/40 centimètres sous la chappe moderne qui semble être la reprise du niveau du sol du clocher gothique.  N'ayant que ces seuls repères archéologique et aucune documentation iconographique ancienne sur ce point de détail architectural d'une origine romane d'un glacis je l'ai conservé, mais réduit en élévation à la hauteur intérieure du sol du clocher moderne qui serait, comme déjà dit, celui repris du clocher gothique. 
Il faut signaler que certains clochers romans ont des souches réduites par rapport aux dimensions du gros œuvre par des jeux d'assisses successives en escaliers.
Par ailleurs on peut aussi remarquer qu'une réduction par des glacis peut-être perçue comme un système intégré d'arc-boutant (?).

D'une façon générale et en première synthèse prudente pour ce synoptique ci dessous, on peut admettre que la souche du clocher a été modifiée - surtout en faces Est et Ouest - à la période gothique pour obtenir une structure carrée de support de la flèche en polygone régulier. D'où, par le dessin de reconstitution, un retour à des élévations droites Est et Ouest.





"LA STEREOTOMIE

         La stéréotomie est la science de la coupe des pierres. Elle comprend deux parties : l'une, théorique, relève de la géométrie descriptive e intéresse l'architecte; l'autre, pratique, s'adresse au tailleur de pierre.
               Aujourd'hui que des ouvrages spéciaux, tout en tracés, et des ateliers ont vulgarisé cette science, la mettant à portée de tous, on imagine difficilement la peine qu'il a fallu pour la constituer. Elle a atteint dès le XII° siècle, son dernier point de perfection avec les escaliers tournants à voûtes appareillées, dont la vis de Saint-Gilles, dans le Gard, est le plus célèbre exemple. Mais au XI° siècle, l'opération la plus simple devait représenter des difficultés parfois insurmontables."

                  Ainsi débute l'étude d'Abel Fabre Pages de l'art chrétien - Architecture, peinture, sculpture, iconographie. Paris, ouvrage couronné par l'Académie Française en 1917.

                    Depuis, les études sur la question ont avancées et on en doit deux étapes très importantes avec deux publications de Jean-Marie Pérouse de Montclos, dont la nouvelle place donnée à la Vis de Saint-Gilles dans l'architecture non pas du XII° siècle mais de la fin de la période médiévale au XVI° siècle :
                         J.M.Pérouse de Montclos, L'architecture à la française et dans cette vaste étude plus particulièrement le "Livre deux - La stéréotomie, pierre de touche de la manière française". Paris, 1982, p.79 à 224.
                             J.M.Pérouse de Montclos, "La vis de Saint-Gilles et l'escalier suspendu dans l'architecture française du XVI° siècle". Dans, L'escalier dans l'architecture de la Renaissance - Actes du colloque tenu à Tours du 22 au 26 mai 1979 - Ouvrage publié avec le concours de l'Université de Tours. Paris, 1985, p. 83 à 92.

                           Cette présentation de l'escalier de l'église de Rioux martin sera l'occasion de commencer à amener le sujet de l'étude des escaliers romans sur le bassin de la Tude et lisières, mais aussi de l'élargir aux modes de relations des parties basses aux parties hautes des églises romanes de ce même secteur géographique.

Remarques générales sur l'appareillage roman de l'église
    
                           L'église romane de Rioux-Martin est entièrement appareillée de blocs bien taillés mais d'inégales grandeurs. La pierre est un calcaire local qui pourrait provenir de la même carrière que celle d'où ont été extraits les blocs de construction du prieuré de la Haute-Lande, soit provenir de la carrière de Guildon. Les hauteurs des blocs par rangs sont égales. Les hauteurs des rangs sont en revanche inégales, ainsi que leurs largeurs.
Nous pouvons également remarquer très fréquemment que les rangs intérieurs ont leurs correspondants extérieurs comme quoi les maçonneries étaient sans nucléus mais agencées à la façon des murs limousinés par rangs intérieurement liées par des coupes spécifiques d'appareils plus réduits (dans les murs limousinés tels qu'on les rencontre dans leur plus pure expression, et comme mon père me le faisait pratiquer, sur le département de la Creuse - ancienne province de la Haute-Marche - les pierres intérieures entre les parements et ce quelque soit l'épaisseur du mur, sont taillées en sortes de fusées s'imbriquant les unes aux autres ne laissant qu'une place très incertaine aux infiltrations des eaux de ruissellement, que le mur soit monté en pierres sèches ou en pierres maçonnées). Ce système est celui qui va conduire à l'intégration quasi parfaite des différentes cages de l'escalier et de leurs articulations intra-muros qui composent l'ensemble de la cage d'escalier et les escaliers eux-mêmes avec leurs différentes volées et couvrements, qui monte au clocher depuis un départ à 1, 87 du sol de l'église. Cependant des infiltrations répétées sur une voûte à l'extrados plusieurs fois remanié, sans toutefois toucher l'appareillage de la couple d'origine sans oculus zénithal mais percée tardivement d'un trou pour actionner la cloche, peut entrainer des désordres de masse (notamment par le gel), et c'est ce qui semble se passer actuellement sur l'avant- Chœur et gagner la nef. 
En regardant l'église de Parcoul à nef unique, à chevet semi circulaire et sans transept, comme à Rioux-Martin, sur le même secteur géographique de rencontre des bassins de la Tude et de la Dronne, mais en Dordogne et avec une appareillage encore plus régulier, on voit que l'avant-chœur au clocher roman jamais remanié et pourtant ouvert de grandes fenêtres n'accuse aucune infiltration par la coupole. La tour de cloche a pourtant été en partie remaniée en sous-œuvre sur ses piles Ouest, sans toucher la structure de la cage d'escalier qui démarre en œuvre derrière la pile Sud-Ouest de l'avant-chœur-tour-de-cloche.

Les façades d'églises de cette famille à arcades, avec ses nombreuses variantes, sont communes en Charente.
Des exemples du bassin de la Tude et lisières seront montrés en mosaïque à la fin de cette présentation de la façade de Rioux-Martin

Dans les textes anciens on trouve une qualification de ces décors d'arcades en façades en terme de "roman fleuri". 

Ces façades écrans des volumes intérieurs  - deux arcades encadrent un portail pour une seule nef intérieure s'élevant sur un, deux ou trois niveaux de fausses galeries extérieures - sont très étudiées par les auteurs, et les avis sont nombreux.

          Avant exploration des bibliographies spécialisées une remarque de Marcel Durliat attire notre attention : "L'effet de rupture fut certainement accru, et plus spécialement dans la domaine artistique, par les invasions normandes...Lorsque survinrent vers l'an mil les conditions du renouveau, celui-ci s'effectua sur des bases particulières, avec un certain détachement à l'égard du passé...cela ne veut pas dire qu'on fit table-rase de tout ce qui avait existé auparavant...La France des débuts de l'art roman diffère donc à la fois de l'Allemagne, enracinée dans le passé carolingien, et de l'Italie qui n'en n'avait pas connaissance" [cf. Marcel Durliat, L'art roman. Paris, 1982, p. 63]. En revanche cet auteur est peu bavard sur les façades non restaurées... 

                         René Crozet appartient aux auteurs qui voient dans ces façades un héritage romain, dont celui de l'arc de triomphe [ [cf. R.Crozet, L'art roman en Poitou". Paris, 1947, p155 - (que d'autres qualifient d'art Charentais], alors que Linda Seindel est citée pour donner des relations possibles avec l'art roman de Toscane... Regards sur l'Italie et l'art pré-roman que défend également un auteur comme Pierre Héliot, assez durement repris par Yves Bruand dans un compte-rendu qu'il publie dans le Bulletin monumental en 1959, pp 123 et 124  "Les façades romanes décorées d'arcades aveugles" où il précise que ces décors d'arcades en façades ne sont pas spécifiquement d'Italie ni d'Aquitaine mais d'un peu partout en Europe occidentale...

                     En reprenant des auteurs qui sont allés chercher dans les racines carolingiennes on trouve obligatoirement Carol Heitz qui fait traditionnellement les liens entre la liturgie et l'architecture. Il nous donne plusieurs jalons dans sa thèse publiée en 1963 [Carol Heitz, Recherches sur les rapports entre architecture et liturgie à l'poque carolingienne. Paris, 1963, pps.55, 61, 62, 189]. Mais c'est par un article publié en 1992 qu'il développe plus précisément ses idées sur la question à partir de l'église de Corvey " Cet  "opus occidentalis" tout en arcs et en voûtes , qui s'élève sur de nombreux étages..." (p.331)  [Carol Heitz, "Rôle de l'église porche dans la formation des façades occidentales de nos églises romanes". Dans, Cahier de civilisation médiévale - X°-XII° siècles - La façade romane - Actes du Colloque international organisé par le Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale - Poitiers, 26, 29 septembre 1990". Limoges, 1992, p. 330 à 334]. C'est sur cette même publication issue du même colloque du CESCM de Poitiers que s'articule un autre article d'un autre auteur : Tomasz H.Orlowski : "La façade romande dans l'Ouest de la France" (p. 367 à 377), débutant son intervention "Le problème concernant les façades des églises romanes  de la région artistique comprise entre la basse Loire, au nord, et l'embouchure de la Gironde, au sud, n'est pas neuf [...] nous adoptons pour notre recherche les limites les plus neutres et les plus stables pendant le moyen âge, celles de trois diocèses de la province bordelaise : Poitiers, Angoulême et Saintes". Faisant remarquer que ces façades sont dites poitevines ou charentaises suivant les auteurs. Revenant sur l'exemple de l'architecture carolingienne de l'église de Corvey "...en revanche , plusieurs témoignages importants prouvent que le nord  de notre pays avait adopté ce type architectural dès le début du XI° siècle". Poursuivant p.371 "Ainsi notre intervention va se concentrer sur le problème d'existence et de désagrégation d'une partie occidentale autonome dont l'organisation spatiale pouvait se refléter, et même survivre après sa disparition, dans les divisions de la façade écran." 

                       Localement, en cette période de début du troisième millénaire, il semble que les auteurs soient plus sensibles à des influences stylistiques, qu'ils essaient de définir par appellation régionales ou diocésaines, de répartitions des arcades dont l'origine romaine serait principalement retenue, de programmes sculptés ajoutés aux ornements sculptés des arcades, aux équivalences des niveaux des arcades sur les mêmes rangs aux mêmes étages depuis le rez-de-chaussée, aux décors de chapiteaux...


Je n'ai pas les documents d'archives relatifs à la restauration de la façade de Rioux-Martin.
En revanche on peut se référer au dessin d'Edouard Warin d'une autre façade avant restauration du bassin de la Tude, à seulement 8 km de Rioux-Martin : la façade de l'église Saint-Vincent à Curac
Si nous ramenons le dessin d'Edouard Warin à mon relevé dans l'état actuel après restauration de Rioux-Martin nous comprenons par 4 points témoins que le façade de Rioux-Martin a été en fait seulement reprise par des éléements de surfaces : remplacements à l'identique de chapiteaux et de quelques autres pierres trop usées mais uniquement sur la partie la moins profonde de la façade. Car la façade de Rioux-Martin a un traitement en profondeur que n'a pas celle de Curac.
C'est à dire que les arcs à Curac ne sont pas enrichis de corniches qui relient les impostes (1 et 3). Ces pierres rongées par les intempéries n'ont pas été remplacées.
En 2 nous voyons une corniche projetée au-dessus de l'extrados de l'archivolte de Rioux-Martin alors qu'à Curac elle est tangente. Une rangée de modillons non sculptés soutiennent cette corniche ) Rioux-Martin : doit-on supposer qu'ils ont été changés alors que sur le relevé d'Edouard Warin ces mêmes modillons reportés un étage supérieur ne sont pas non plus sculptés ?
En 4 nous avons les principaux écarts entre les deux façades pour un troisième niveau toutefois rythmés de trois arcades pour une baie centrale. L'étage paraît plus bas à Rioux-Martin par insertion entre les deux niveaux d'une rangée de modillons au-dessus d'un rang de pierres qui n'existait pas à Curac. Ce point de détail a été modifié sur la restauration de Curac. Autre variante, la bordure du fronton à Curac accuse un retour plat horizontal et pas à Rioux-Martin. A Curac l'accentuation de ce rebord entrainera à modifier le rythme des arcs des trois baies supérieures, sans les supprimer.
De ces éléments comparés il résulte que l'intervention des restaurateurs sur la façade de Rioux-Martin se résume à peu près à des réparations d'appareillages de surface. Et ce ne sont pas ces interventions qui ont absorbés les énormes budgets qui épuisent les finances publiques mais bel et bien la restauration du clocher.
C'est une façade à trois niveaux d'arcades d'élévation. Ces deux façades ont un répondant en Charente-Maritime avec l'église de Saint-Martin-de-Coux dont le troisième étage se résume à une baie couverte en plein cintre mais à fronton à rebords horizontaux.
Cet exemple nous permet d'amener sur cette page des exemples en autres variantes, du bassin de la Tude et lisières. Nous sommes dans cette même veine des façades romanes d'Ouest.

Ces façades sont toutes des écrans à des nefs uniques et une seule a un transept, celle de Saint-Quentin.
Toutes les tours de cloches sont construits sur les tours d'avants-chœurs à clocher porche.
La petite église de Peudry fait exception avec son clocher porche.
( à l'intérieur d'importants décors peints)
Des églises sur un même secteur géographique restreint, tout compte fait, et sur un même diocèse, peuvent avoir des façades sinon quasi identiques pour le moins très proches l'une de l'autre pour des expressions intérieures qu'il est intéressant de questionner. 
(La chapelle latérale à Curac est simplement un effet d'adaptation du plan à la proximité du château ayant engendré une chapelle seigneuriale, détruite et reconstruite comme une chapelle latérale propre à l'église. A l'poque d'Edouard Warin  le château de Curac n'avait pas encore été identifié puisque c'est le résultat d'une de mes recherches ; sur ce blog : Curac - Les énigmes de son château - Département de la Charente - Archéologie Médiévale


En restituant le plan roman de l'église de Curac - proposition de reconstitution en prenant en compte la coupe d'Edouard Warin - on peut d'abord le comparer à celui de Rioux-Martin, en deux étapes :



 





















_ Pour un retour en lien
avec quelques articles sur les 148 de ce blog, qui présentent des œuvres, des approches d’œuvres et des artistes
For a return to links
with some 148 articles on this blog, which exhibit works of art and the artists approaches
Pour aller directement sur les articles ou pages, vous pouvez utiliser deux chemins, le clic direct ne fonctionnant pas :
1: Surlignez la ligne http ou le titre de l'article qui vous intéresse, puis faites un copier/coller sur la barre d'adresses en haut de page;
2 : surlignez la ligne http, puis clique droit, et sur la boite de dialogue qui s'ouvre allez à la ligne " accédez à la http..."

c'est simple et vous pouvez le faire avec autant d'articles que vous le souhaitez. 
Pour les autres articles encore non inscrits sur la liste ci-dessous vous pouvez allez à droite de la page sur "moteur de recherches" ou "archives du blog" en cliquant sur l'année et le mois qui vous intéressent. 

Bonnes lectures et bon voyage dans les merveilles de l'art, le plus souvent totalement inédites et toujours parfaitement originales à l'auteur de ce blog.

C'est aussi un blog d'informations, de culture et de voyages



Sommaire/Editorial
(le blog est sous copyright) 

Les Mots d'Azur au château de Mouans-Sartoux - Saison 2017-2018
https://coureur2.blogspot.fr/2017/10/les-mots-dazur-au-chateau-de-mouans.html

  Les mots d'azur au printemps des muses - suite 2016/2017 des soirées au Château de Mouans-Sartoux
    http://coureur2.blogspot.fr/2017/05/les-mots-dazur-au-printemps-des-muses.html

Des poèmes sur la Riviera aux couleurs des Mots d'Azur : suite des rencontres maralpines de poésie
saison 2016-2017
http://coureur2.blogspot.fr/2016/09/des-poemes-sur-la-riviera-aux-couleurs.html

Festival du Livre à Mouans-Sartoux avec les Mots d'Azur
 - 6-7-8 octobre 2017
https://coureur2.blogspot.fr/2017/10/festival-du-livre-de-mouans-sartoux.html

Festival du Livre à Mouans-Sartoux - 7-8-9 octobre 2016 - avec Les Mots d'Azur
http://coureur2.blogspot.fr/2016/10/festival-du-livre-de-mouans-sartoux-7-8.html

Rencontres maralpines de Poésie - Mots d'Azur 2015-2016
http://coureur2.blogspot.fr/2015/09/rencontres-maralpines-de-poesie-et.html

Marie Gay - Pierre-Jean Blazy - Auteurs et Editions - Fondateurs des Mots d'Azur - Marie Gay -
http://coureur2.blogspot.fr/2016/03/marie-gay-pierre-jean-blazy-auteurs-et.html

Psychiatrie - Une histoire et des concepts - l'humain et l'art en enjeux
http://coureur2.blogspot.fr/2016/11/psychiatrie-une-histoire-et-des.html

Des poèmes sur la Riviera aux couleurs des Mots d'Azur : suite des rencontres maralpines de poésie
saison 2016-2017
http://coureur2.blogspot.fr/2016/09/des-poemes-sur-la-riviera-aux-couleurs.html

Jean-Marie Bouet - Fresselines/Larzac - de la poésie aux planches au festival de Fresselines, au Larzac
https://coureur2.blogspot.fr/2012/06/jean-marie-bouet-des-chansonniers-aux.html

Renata- Sculpture contemporaine
http://coureur2.blogspot.fr/2014/06/sculpture-contemporaine-renata-et-le.html

Renata - Pierre Cardin Lacoste - Moulin de Sade - Lubéron 2015
http://coureur2.blogspot.fr/2015/07/renata-pierre-cardin-lacoste-moulin-de.html

Renata - Akira Murata - Espace Auguste Renoir à Essoyes
http://coureur2.blogspot.fr/2015/08/renata-akira-murata-essoyes-ville.html

Renata chez Pierre Cardin - Le regard de Lydia Harambourg Historienne et critiques d'art, correspndans de 'Institut des Beaux Arts de l'Académie de France
http://coureur2.blogspot.fr/2016/07/renata-chez-pierre-cardin-le-regard-de.html

Mag-Bert ou la peinture mnémonique de gestualité figurative
http://coureur2.blogspot.fr/2014/10/mag-bert-ou-la-peinture-mnemonique-de.html

Claude Peynaud - Clichés et antithèses...
http://coureur2.blogspot.fr/2015/05/cliches-et-antitheses.html

Claude Peynaud - Jogging - Méthode d'élaboration d'un Jogging
http://coureur2.blogspot.fr/2014/05/methode-delaboration-dun-jogging-method.html

Claude Peynaud - Le cercle des oiseaux
http://coureur2.blogspot.fr/2011/09/le-cercle-des-oiseaux-allegorie-de-la.html

Claude Peynaud - Le don de l'aïeule
http://coureur2.blogspot.fr/2011/07/une-theorie-de-construction.html

Claude Peynaud - Une théorie de Construction
http://coureur2.blogspot.fr/2011/07/une-theorie-de-construction.html

Danielle Benitsa Chaminant - Artiste et mémoire de...
http://coureur2.blogspot.fr/2013/01/danielle-benitsa-chaminant-artiste-et.html

Alliot - Vincent Alliot - Visite d'atelier
http://coureur2.blogspot.fr/2014/02/alio-visite-datelier-une-gestualite.html

Rémy Pénard - Art et souvenirs autour de Pierre Courtaud
http://coureur2.blogspot.fr/2013/12/remy-penard-art-et-souvenirs-autour-de.html

Henry Chopin et la bibliothèque de Valérie Peynaud
http://coureur2.blogspot.fr/2013/12/henri-chopin-et-la-bibliotheque-de.html

Sally Ducrow - Land Art et sculpteur ...
http://coureur2.blogspot.fr/2013/01/sally-ducrow-land-art-et-sculpteur.html

Sally Ducrow l'année 2017 - Nationale et internationale - Sculptures - Land-Art - Installatons - Performances...
https://coureur2.blogspot.fr/2017/08/sally-ducrow-lannee-2017-nationale-et.html

Sally Ducrow l'année 2018 - en suivant le chemin de l'aventure internationale de Sally Ducrow
https://coureur2.blogspot.com/2018/07/sally-ducrow-lannee-2018-de-1017-2018.html

CREPS - Boulouris-Saint-Raphaël - Land Art - Sally Ducrow invitée d'honneur
https://coureur2.blogspot.fr/2017/10/creps-paca-boulouris-saint-raphael-land.html

Sally Ducrow : poésie plastique contemporaine
https://coureur2.blogspot.com/2019/06/sally-ducrow-poesie-plastique.html
Valbonne - Echiquier et Mots d'Azur - Fest'in Val - Festival international de Valbonne
http://coureur2.blogspot.fr/2015/08/renata-akira-murata-essoyes-ville.html

Pierre Marchetti magazine...
http://coureur2.blogspot.fr/2011/12/magazine-pierre-marchetti-un-peintre-un.html

La pochade - Pierre Marchetti et l'art de la pochade.
 http://coureur2.blogspot.fr/2012/09/la-pochade-lart-de-la-pochade-et-pierre.html

L'impressionnisme tardif par les souvenirs de Pierre Teillet - Du plainarisme romantique au
 https://coureur2.blogspot.fr/2012/11/limpressionnisme-inedit-par-les.html

Alliance Française - Tiffani Taylor - Savannah Art Walk - ...
http://coureur2.blogspot.fr/2016/01/tiffani-taylor-gallery-une-artiste.html

H.Wood  - un peintre Anglais à Paris au milieu du XIX° siècle
http://coureur2.blogspot.fr/2016/05/hwood-un-artiste-peintre-de-lecole.html

Sophie Marty Huguenin, sculpteur et le marché de Noël à Biot - Les crèches de Cannes - Le partage du pain du père Guy Gilbert
http://coureur2.blogspot.fr/2016/12/sophie-marty-huguenin-sculpteur-et-le.html

Evolution de la gravure à Venise et en Europe du XV° au XVI° siècles - Histoire et techniques
http://coureur2.blogspot.fr/2017/02/la-gravure-venise-et-en-europe-du-xv-au.html

Aux aurores de la peinture moderne et contemporaine occidentale - Giorgione - Les Trois Philisophes
http://coureur2.blogspot.fr/2017/03/aux-aurores-de-la-peinture-moderne-et.html

La décoration intérieure ou la démocratie de l'art
https://coureur2.blogspot.fr/2012/11/wall-painting-fast-track-collection-une.html

Magda Igyarto - Vibrations et expériences de la matière : du visible à l'indicible et de l'indécible au dicible - Peintre, poète et sculpteur
https://coureur2.blogspot.fr/2018/01/magda-igyarto-vibrations-et-experiences.html

Pour ceux qui aiment jouer aux experts 

Vrai ou faux - Houdon ou Houdon
https://coureur2.blogspot.fr/2014/01/houdon-ou-pas-houdon-jouez-lexpert-en.html

Vrai ou faux - Un tableau inconnu de la Renaissance
https://coureur2.blogspot.fr/2013/01/un-tableau-inconnu-de-la-renaissance.html

Vrai ou faux - Traduction originale du manuscrit de Qumram sur la mer morte ( en cours)
https://coureur2.blogspot.fr/2015/01/vrai-ou-faux-traduction-originale-du.html

Pour ceux qui aiment la recherche en académies de nus - modèles vivants
Nus 2015
https://coureur2.blogspot.fr/2015/03/nus-2015-nackt-2015-nude-2015-2015-2015.html
Nus 2014-2015
https://coureur2.blogspot.fr/2014/09/nus-2014-2015-abac-modeles-vivants-nus.html
Nus 2013-2014
https://coureur2.blogspot.fr/2013/09/nus-2012-2013-abac-nus-2012-2013-2012.html 
Nus 2012-2013
https://coureur2.blogspot.fr/2012/10/nus-abac-20122013-associations-des.html

Et pour ceux et celles qui aiment l'archéologie et l'architecture
voici encore un échantillon de mes recherches sur ce blog
And for those who love archeology and architecture
Here again a sample of my research on this blog

L'ancienne église Saint-Nicolas de Monaco
http://coureur2.blogspot.fr/2012/01/monaco-ancienne-eglise-saint-Nicolas-le.html

Techniques et vocabulaires de l'art de la façade peinte
http://coureur2.blogspot.fr/2012/08/un-tour-dans-le-massif-central.html

Les Vecteurs Impériaux de la polychromie occidentale
http://coureur2.blogspot.fr/2012/06/philippines-les-Vecteurs-imperiaux-de.html

Le clocher des Frères Perret à Saint-Vaury
http://coureur2.blogspot.fr/2012/01/perret-freres-le-clocher-des-freres_10.html

Histoire de la Principauté de Monaco
http://coureur2.blogspot.fr/2012/07/histoire-de-la-principaute-de-monaco.html

Le Palais Princier de Monaco
http://coureur2.blogspot.fr/2012/09/palais-princier-de-Monaco-palais-of.html

Versailles - Monaco - Carnolès - Menton: présence de l'art français en Principauté de Monaco
http://coureur2.blogspot.fr/2012/09/versaillesmonaco-larchitecture.html

Primitifs Niçois - Les chapelles peintes des Alpes Maritimes
http://coureur2.blogspot.fr/2012/03/primitis-nicois-les-Chapelles-facades.html

Eglises du sud-ouest des Alpes A travers l'art de la polychromie architecturale
http://coureur2.blogspot.fr/2013/02/eglises-du-Sud-Ouest-des-alpes-alpes.html

Des cérémonies et des fêtes Autour de Saint-Nicolas de Monaco
http://coureur2.blogspot.fr/2013/09/des-cérémonies-et-des-fêtes-Autour-de.html

Langages de l'art contemporain - répétition, bifurcation, ...
http://coureur2.blogspot.fr/2013/09/repetition-ordinaire-bifurcation-art-du.html

La polychromie architecturale et l'art de la façade peinte (1° partie) - des édifices civils dans les Alpes-Maritimes
http://coureur2.blogspot.fr/2014/07/la-polychromie-architecturale-et-lart.html

Façades peintes - édifices civils du sud-ouest des Alpes - 2° partie - XX° siècle
http://coureur2.blogspot.fr/2015/01/facades-peintes-edifices-civils-du-sud.html

Aspects de l'évolution des seigneuries historiques de la Principauté de Monaco à travers quelques 
exemples d'architectures polychromes ponctuelles.
http://coureur2.blogspot.fr/2016/01/aspects-de-levolution-des-seigneuries.html

                                                                  
Châteaux de la Creuse - de la fin du moyen âge - XV et XVI° siècle
http://coureur2.blogspot.fr/2011/09/une-histoire-de-lescalier-en-vis.html


1° partie - Archéologie Médiévale - Aspects et singularités du château en France à la fin du Moyen Âge (XV° et XVI° siècles)
http://coureur2.blogspot.fr/2013/10/archeologie-medievale-aspects-et.html

2° partie - Archéologie Médiévale - Aspects et singularités du château en France à la fin du Moyen Âge (XV° et XVI° siècles)
http://coureur2.blogspot.fr/2014/11/2-partie-archeologie-medievale-aspects.html


3° partie - suite des parties 2 et 3 d'Archéologie Médiévale consacrées aux aspects et singularités du château en France autour des XV° au XVI° siècles
http://coureur2.blogspot.fr/2016/04/3-partie-suite-des-parties-parties-1-et.html

Yviers/Charente - Archéologie médiévale - Une synthèse sur l'évolution architecturale du XV° au XVI° et XVII° s. en France - Mutations des donjons et maisons-tours des petits châteaux de la fin de la Guerre de Cent-Ans vers les donjons résidentiels de la fin du XV° siècle au XVI° siècle et  des incidences dans le classicisme français.
https://coureur2.blogspot.fr/2018/04/yvierscharente-archeologie-medievale.html

Allemans en Périgord - Manoir du lau - Archéologie Médiévale
https://coureur2.blogspot.com/2018/09/allemans-en-perigord-manoir-du-lau.html

Maisons-tours et donjons-tours - architectures médiévales françaises du XIII°/XIV° au XVI° - Archéologie médiévale
https://coureur2.blogspot.com/2019/06/maisons-tours-et-donjons-tours.html

Curac - Les énigmes de son château - Département de la Charente - Archéologie Médiévale
https://coureur2.blogspot.com/2019/10/curac-les-enigmes-de-son-chateau.html

Varaignes - Le château de Varaignes, le village et son église. Un site rural d'écologie et de culture sur le département de la Dordogne en Périgord Vert. Archéologie Médiévale.
https://coureur2.blogspot.com/2020/03/varaignes-le-chateau-de-varaignes-son.html

La Tour : un mode architectural français pour la guerre et pour la paix, du XIII° au XVI° siècles. Un exemple à l'Est du département de la Charente.
https://coureur2.blogspot.com/2020/12/la-tour-un-mode-architectural-francais.html

Iconologie - Un couvercle de sarcophage mérovingien - une corniche de l'église de Saint-Amant-de-Montmoreau (Charente) - Archéologie médiévale.
https://coureur2.blogspot.com/2021/04/iconologie-un-couvercle-de-sarcophage.html

Saint-Amant-de-Montmoreau, Sud-Charente - Des vestiges du Haut-Moyen Âge à la naissance du gothique sur les marches Périgord/Angoumois/Saintonge-  une maison tour -  Première Renaissance Française. 
https://coureur2.blogspot.com/2021/07/saint-amant-de-montmoreau-sud-charente.html


Fonctions religieuses apotropaïques et traditions funéraires en France -
http://coureur2.blogspot.fr/2015/08/fonctions-religieuses-apotropaiques-et.html 

Maisons alpines d'économie rurale (Alpes-Maritimes)
https://coureur2.blogspot.com/2011/11/maisons-alpines-deconomie-rurale.html

Pour ceux qui aiment l'iconologie, et l'iconographie
For those who like iconology, and iconography

         Autour du rocaille. Dessin préparatoire d'étude - Le jugement de Pâris
             https://coureur2.blogspot.com/2011/07/dessin-preparatoire-pour-une.html  

La Véronique - Image ou non de la représentation
http://coureur2.blogspot.fr/2012/12/la-veronique-de-la-legende-lart.html 

Langages de l'art contemporain - Répétition ordinaire - Bifurcations - Translation...
https://coureur2.blogspot.fr/2013/09/repetition-ordinaire-bifurcation-art-du.html

Fête de la musique à Nice - Place Garibaldi à Nice - Exposition d'artistes Polonais
https://coureur2.blogspot.fr/2013/07/la-fete-de-la-musique-expositions.html

La Mourachonne à Pégomas (exercice de recherche iconographique)
https://coureur2.blogspot.fr/2012/05/la-mourachone-pegomas-nouvelles.html

Cannes en 4 perspectives albertiennes recomposées - dessin panoramique à la mine de plomb
       https://coureur2.blogspot.fr/2018/02/cannes-en-4-perspectives-albertiennes.html 

Iconologie - Un couvercle de sarcophage mérovingien - une corniche de l'église de Saint-Amant-de-Montmoreau (Charente) - Archéologie médiévale.
https://coureur2.blogspot.com/2021/04/iconologie-un-couvercle-de-sarcophage.html

Pour ceux qui aiment la poésie et qui en plus, comme moi, la reconnaisse comme la mère de tous les arts y compris de l'art contemporain
For those who love poetry and more, as I recognize it as the mother of all arts including contemporary art

Rencontres maralpines de Poésie - Mots d'Azur 2015-2016
http://coureur2.blogspot.fr/2015/09/rencontres-maralpines-de-poesie-et.html

Des poèmes sur la Riviera aux couleurs des Mots d'Azur : suite des rencontres maralpines de poésie 2016-2017
http://coureur2.blogspot.fr/2016/09/des-poemes-sur-la-riviera-aux-couleurs.html

Pierre Courtaud - Magazine - Un écrivain, un éditeur un poète, un chercheur en écritures - Un spécialiste de nombreux auteurs.
http://coureur2.blogspot.fr/2012/03/pierre-courtaud-magazine-un-ecrivain-un.html

Henry Chopin et la bibliothèque de Valérie Peynaud
http://coureur2.blogspot.fr/2013/12/henri-chopin-et-la-bibliotheque-de.html

Cannes -1° nuit de la poésie et de la musique au Suquet - 21 juin 2014
http://coureur2.blogspot.fr/2014/06/cannes-1-nuit-de-la-poesiefete-de-la.html

 2° nuit de la musique et de la poésie - Cannes 21 juin 2015
http://coureur2.blogspot.fr/2015/05/2-nuit-de-la-poesie-et-de-la-musique-au.html

3° nuit de la poésie et de la musique  au Suquet- Cannes Moulin Forville le 21 juin 2016
http://coureur2.blogspot.fr/2016/06/3-nuit-de-la-poesie-et-de-la-musique-du.html

Golf-Juan - Performance poétique - Brigitte Broc - Cyril Cianciolo
http://coureur2.blogspot.fr/2015/03/golf-juan-performance-poetique-brigitte.html

Marie Gay - Pierre-Jean Blazy - Auteurs et Edition(s) - Fondateurs des Mots d'Azur
http://coureur2.blogspot.fr/2016/03/marie-gay-pierre-jean-blazy-auteurs-et.html

De Vallauris à Cannes - Le Printemps des Poètes sur la Côte d'Azur avec Les Mots d'Azur
http://coureur2.blogspot.fr/2016/03/de-vallauris-cannes-la-cote-dazur-en.html

 Christophe Forgeot : Poète  - Poésie - Poème
http://coureur2.blogspot.fr/2014/09/christophe-forgeot-un-poete.html

Zorica Sentic - Poète-romancière Franco-Serbe
https://coureur2.blogspot.fr/2012/09/zorica-sentic-poete-romancier.html

La Corse des poètes
https://coureur2.blogspot.fr/2015/08/la-corse-des-poetes-porticcio-village.html

Magda Igyarto - Vibrations et expériences de la matière : du visible à l'indicible et de l'indécible au dicible - Peintre, poète et sculpteur
https://coureur2.blogspot.fr/2018/01/magda-igyarto-vibrations-et-experiences.html

Pour ceux qui aiment les légendes
For those who love legends

The Woodcutter and the Revenant - Sedimentary Memory - Essay - Creuse
Http://coureur2.blogspot.fr/2013/07/la-creuse-memoire-sedimentaire.html

La Creuse - Le Bûcheron et le Revenant - Mémoire sédimentaire - Essai - Creuse
http://coureur2.blogspot.fr/2013/07/la-creuse-memoire-sedimentaire.html

Les routards de la baie d'Halong dans la tourmente https://coureur2.blogspot.fr/2013/10/les-routards

Vietnam - La légende du Dieu des montagnes et du Dieu de la mer
https://coureur2.blogspot.fr/2014/05/vietnam-la-legende-du-dieu-des.html

Pour ceux qui aiment les voitures de collection
Vis-à-vis de Dion-Bouton type E 452 - La voiture emmurée aux enchères à Lyon
https://coureur2.blogspot.fr/2015/09/1900-vis-vis-de-dion-bouton-type-e-452.html

Pour ceux qui aiment l'art lyrique et la musique
Elzbieta Dedek - Pianiste virtuose internationale
http://coureur2.blogspot.fr/2016/09/pianiste-virtuose-internationale.html

Pour ceux qui aiment le cinéma
68° festival du cinéma - Alexandra Robin - Léopold Bellanger  - Cédric Bouet
http://coureur2.blogspot.fr/2015/05/68-festival-cinema-cannes-2015.html

Pour ceux qui aiment la danse
 48° Congrès Mondial de la Recherche en Danse - Avignon du 9 au 13 novembre 2016 - Fabienne Courmont présidente -  UNESCO-CID partenaires 
http://coureur2.blogspot.fr/2016/11/48-congres-mondial-de-recherche-en.html  

Festival d'Avignon à Mouans-Sartoux - Danser Baudelaire - Bruno Niver - Marina Sosnina - Répétition générale
https://coureur2.blogspot.fr/2015/02/du-festival-davignon-mouans-sartoux.html


Pour ceux qui aiment s'habiller et sortir
Eliane Horville - soirées - ville - élégance - conseils - coach
https://coureur2.blogspot.fr/2016/01/soirees-ville-elegance-every-wear.html

Sortir - Manifestations -Performances - Expositions...2012/2017
https://coureur2.blogspot.fr/2013/02/evenements-expositions-manifestations.html


Pour des participations citoyennes


Ordre national infirmier - Recommandations sanitaires
http://coureur2.blogspot.fr/2017/06/ordre-national-infirmier-recommandations.html

Pour ceux qui aiment les multiples beautés de la France 

Les oliviers fantastiques de Lucette
https://coureur2.blogspot.fr/2012/10/les-oliviers-fantastiques-de-lucette.html

Carnet de voyage - Ombres et Lumières - L'eau et les Sables, architectures de villégiatures
https://coureur2.blogspot.fr/2014/01/ombres-et-lumieres-leau-et-les-sables.html

2 - La France en vrac
https://coureur2.blogspot.fr/2014/10/visiteurs-des-pages-pour-voir-le-site.html

1 - CP La France en vrac 1
https://coureur2.blogspot.fr/2014/01/la-france-en-vrac-france-in-bulk-franca.html